entourloupette


entourloupette

entourloupette [ ɑ̃turlupɛt ] n. f.
• 1926; de l'arg. ent(o)urer « duper », p.-ê. d'apr. envelopper « circonvenir »
Fam. Mauvais tour joué à qqn. Il lui a fait une entourloupette. Abrév. (1947) ENTOURLOUPE .

entourloupe ou entourloupette nom féminin (de tour, avec l'influence de turlupin) Familier. Mauvais tour joué à quelqu'un : On lui a fait des entourloupettes.

entourloupette ou entourloupe
n. f. Fam. Mauvais tour; tromperie.

⇒ENTOURLOUPE, ENTOURLOUPETTE, subst. fém.
Fam. Plaisanterie, mauvais tour, destiné à prendre avantage sur quelqu'un. Faire, préparer une entourloupette (à qqn); pas d'entourloupes! d'entourloupette(s)! Synon. fam. crasse. Tous ses fourbis problématiques, ses entourloupes à distance (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 410). Mais des trucs, des préparations, des entourloupettes comme celles du couple d'en-dessous, non, je n'aurais jamais supposé ça (ARNOUX, Zulma, 1960, p. 210) :
1. C'était à longueur de journée une sacrée pagaye... et une entourloupe continuelle... il me faisait des tours effroyables...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 468.
En partic. (en affaires), fam. ou arg. Irrégularité, tromperie. Synon. tour (de passe-passe). Il comprenait que ça! l'entourloupe! la cloche! pas un soupçon de sentiment! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 639) :
2. Là encore, entourloupette, comme il est d'usage, paraît-il : on grossit le prix du cheptel et du matériel pour camoufler le prix de la reprise.
DEBATISSE, La Révolution silencieuse, 1963, p. 57.
P. ext., au, plur. fam. ou arg. Propos fantaisistes et mensongers, destinés à prendre avantage sur quelqu'un. Synon. fam. salades. Tout cela n'était que fariboles et entourloupettes pour exalter les benêts monarchistes (LA VARENDE, Saint-Simon, 1955, p. 130). Je commençais à en avoir ma claque de ces remâchements, bafouillages et entourloupettes moroses (ARNOUX, Zulma, 1960, p. 124) :
3. Alors, ils se montaient des bobards, des entourloupes monumentales, ils rêvaient tous de réussites, de carambouilles formidables...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 342.
Rem. On trouve aussi ds la docum. le verbe trans. entourlouper, fam. ou arg. Duper quelqu'un par une entourloupe. Si quelqu'un (...) protestait, on s'excusait (...) on réussissait à « l'entourlouper » (VIALAR, Zingari, 1959, p. 47).
Prononc. :[], []. Étymol. et Hist. 1931 entourloupette (CHAUTARD, Vie étrange arg., p. 284); 1947 entourloupe (STOLLÉ, Douze récits hist., p. 2). Création fantaisiste sur tour « action qui suppose de la malice, de la ruse » avec préf. en-, peut-être avec infl. de turlupin, turlupiner. Fréq. abs. littér. : Entourloupe : 11. Bbg. GUIRAUD (P.). Le Champ morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, pp. 96-109. — PRIGNIEL (M.). Entourlouper, entourloupe, entourloupette. Fr. mod. 1971, t. 39, pp. 345-349.

entourloupette [ɑ̃tuʀlupɛt] n. f.
ÉTYM. 1926; de l'argot enturer, entourer « duper », p.-ê. d'après envelopper « circonvenir »; ou de en-, tour « action rusée », p.-ê. avec infl. de turlupin.
Fam. Mauvais tour joué à quelqu'un. Entourloupe. || Il lui a fait une entourloupette.
0 Mais, ma pauvre Simone, je suis comme toi, je suis une fille-mère qui n'a pas eu de mômes. Mon mariage, c'est un caprice, une entourloupette (…)
A. Sarrazin, la Cavale, p. 232.
DÉR. Entourloupe, entourlouper.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • entourloupette — n.f. Mauvais tour, tromperie : Il m a fait une entourloupe …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • entourloupette — nf., entourloupe => Tour (nm.) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • entourloupe — entourloupette [ ɑ̃turlupɛt ] n. f. • 1926; de l arg. ent(o)urer « duper », p. ê. d apr. envelopper « circonvenir » ♦ Fam. Mauvais tour joué à qqn. Il lui a fait une entourloupette. Abrév. (1947) ENTOURLOUPE . ● entourlou …   Encyclopédie Universelle

  • entourlouper — [ɑ̃tuʀlupe] v. tr. ÉTYM. Mil. XXe; de entourloupette. → Entourloupette. ❖ ♦ Fam. Faire une entourloupette à (qqn). ⇒ Abuser, tromper; fam. avoir. 0 (…) il souhaitait dans cette série de tableaux « entourlouper » le pu …   Encyclopédie Universelle

  • cochonnerie — [ kɔʃɔnri ] n. f. • fin XVIIe; de cochon 1 ♦ Fam. et vieilli Malpropreté. 2 ♦ Chose sale ou mal faite, cochonnée. ♢ Chose sans valeur. Il ne vend que des cochonneries. ⇒ saloperie. Collect. C est de la cochonnerie. ⇒ pacotille, 2. toc (cf …   Encyclopédie Universelle

  • crasse — 1. crasse [ kras ] adj. f. • v. 1176; lat. crassus « épais, gras » 1 ♦ Hist. méd. Humeur crasse, épaisse, visqueuse. 2 ♦ Mod. Fig. Ignorance crasse, grossière, dans laquelle on se complaît. ⇒ grossier, lourd. Il est d une ignorance crasse. « une… …   Encyclopédie Universelle

  • méchanceté — [ meʃɑ̃ste ] n. f. • 1380; de l a. fr. mescheance I ♦ Vx Caractère de ce qui est méchant (I), médiocre. II ♦ (1596; de méchant, II) Mod. 1 ♦ Caractère, comportement d une personne méchante. ⇒ cruauté, dureté, malignité, malveillance. C est de la… …   Encyclopédie Universelle

  • mistoufle — [ mistufl ] n. f. • 1866; o. i., p. ê. de emmitoufler 1 ♦ Fam. Méchanceté. Faire des mistoufles à qqn. ⇒ misère. 2 ♦ (avec infl. de misère) Pop. ⇒ misère, pauvreté. Être dans la mistoufle. « Deux clopinards de la mistoufle qui crevaient de faim » …   Encyclopédie Universelle

  • tour — 1. tour [ tur ] n. f. • XIIe; tur 1080; lat. turris 1 ♦ Bâtiment construit en hauteur, dominant un édifice ou un ensemble architectural (souvent destiné à la protection militaire). Tour ronde, quadrangulaire. Tour d un château. ⇒ donjon. Enceinte …   Encyclopédie Universelle

  • boniment — [ bɔnimɑ̃ ] n. m. • 1803; de l arg. bonir, bonnir « dire » 1 ♦ Propos que débitent les charlatans, les bateleurs, pour convaincre et attirer la clientèle (⇒ parade). Le boniment d un camelot. Par ext. Discours trompeur pour vanter une marchandise …   Encyclopédie Universelle